Jacques Chaban Delmas refuse de parler de sa feuille d’impôt.

 

Chaban_impots_2_BIS

 Je viens d’écouter l’émission de RFI, « les plaisirs du journalisme » dans laquelle Pierre-Edouard Deldique s’entretient avec Claude Angeli sur les affaires françaises révélées par le Canard Enchaîné. Les affaires Aranda, Robert Boulin, Maurice Papon sont évoquées et aussi l’affaire de la feuille d’impôt de Jacques Chaban-Delmas.

Angeli

Cela me rappelle le rendez-vous raté avec Chaban Delmas, président de l’Assemblée Nationale en 1986, pour le tournage du film «  Aux quatre coin-coins du Canard ».

chaban1

Comme l’a dit Claude Angeli, Jacques Chaban-Delmas «  baron du gaullisme », premier ministre sous la présidence de Georges Pompidou, maire de Bordeaux, payait très peu, voire pas du tout, d’impôt,  depuis 1945, en bénéficiant de la disposition de «  l’avoir fiscal ». Bien que tout à fait légale, cette disposition était choquante pour un homme d’état qui disposait d’une fortune personnelle et qui aurait dû être imposée sur « les signes extérieurs de richesse ».

Chaban impots

L’article du Canard était paru le 19 janvier 1971. Jacques Chaban-Delmas n’avait jamais voulu reconnaître que sa situation fiscale était choquante. Cette affaire l’a poursuivi jusqu’à la fin de sa carrière politique.

Pour la crédibilité du film je souhaitais, comme le faisaient toujours les journalistes du Canard, avoir un entretien avec la personne mise en cause pour entendre ses arguments. Je prends donc contact avec l’attaché parlementaire de Jacques Chaban-Delmas à l’Assemblée Nationale et je lui expose l’objet de ma demande de rendez-vous pour un entretien filmé. Ce monsieur, dont j’ai oublié le nom, pense que Chaban sera d’accord pour répondre au Canard, dans un film, sur sa feuille d’impôt. Il nous fixe un rendez-vous à l’Assemblée National. Mais, attention!, Chaban accorde des rendez-vous d’une durée maximale de 15 minutes. Il faut donc être très précis sur l’horaire et avoir préparé sérieusement les deux ou trois questions à poser.

Le jour du rendez-vous nous nous présentons à l’entrée officielle de l’Assemblée Nationale avec la voiture usagée de notre ami chef opérateur. Les gardes sont un peu surpris en nous voyant arriver mais notre invitation en bon et due forme nous permet d’être introduits dans la cour puis dans le hall où doit se passer l’enregistrement. Nous installons très soigneusement le matériel de tournage. Nous faisons tous les essais nécessaires pour être complètement prêts quand Chaban arrivera.

chaban2

 L’attaché parlementaire vient s’assurer, quelques minutes avant le rendez-vous que nous sommes bien prêts et décide d’aller avertir Chaban. Il redescend du bureau de Chaban quelques minutes après pour m’avertir que Chaban souhaite me voir avant le tournage. Je grimpe rapidement dans son bureau car je sais que les minutes, avec ce champion de tennis, sont comptées. Chaban m’accueille en me disant tout de suite: « Pourquoi faut-il encore parler de cette vieille histoire de feuille d’impôt que le Canard a eu le tort de publier? » Je lui explique qu’il pourra donner librement ses arguments, que le film n’est pas une commande du Canard mais un film totalement libre et indépendant, qu’il sera important, pour les spectateurs de connaître sa version des faits… Il continue à me poser des questions sur le contenu du film. Les minutes s’écoulent et je crains que Chaban prenne ce prétexte pour me dire qu’il n’a plus le temps de nous répondre. Je lui confirme que nous sommes prêts à enregistrer rapidement ses déclarations. Il conclut en me disant qu’il ne veut pas s’exprimer dans un film consacré au Canard Enchaîné, qu’il vérifiera ce qui est dit à de ce sujet dans le documentaire et qu’il me poursuivra si cela ne lui convient pas. Des menaces! Je comprends que je ne peux rien attendre de cet homme politique qui a menti sur ses feuilles d’impôts et qui n’a jamais reconnu ses erreurs. 

Quand je sors, déçu, de son bureau, l’attaché parlementaire, qui m’attendait dans les escaliers, est surpris d’apprendre que Chaban refuse de s’exprimer. Il m’accompagne jusqu’au lieu de tournage où Jean-Pol Lefebvre, chef opérateur, s’étonne aussi du refus de Chaban. Son attaché parlementaire s’excuse de nous avoir dérangés et cherche aussi à excuser Chaban en nous disant qu’il avait eu une journée difficile à l’Assemblée et que nous pourrions faire une nouvelle tentative quelques jours plus tard.

Je n’ai bien-sûr jamais repris contact avec Chaban et j’ai maintenu la version du Canard sur sa feuille d’impôt dans le film. 

Je constatais, une fois de plus, que les hommes politiques français craignaient les vérités publiées par le Canard.

Quelques années plus tard le Canard sera condamné par la justice française pour avoir publié la feuille d’imposition de Jacques Calvet, PDG de Peugeot. Mais la Cour Européenne des droits de l’homme donnera raison au Canard au titre de la liberté d’expression et condamnera l’Etat français à rembourser au Canard les sommes versées à Jacques Calvet. 

Même si les feuilles d’impôts apparaissent moins aujourd’hui dans les pages du Canard, le journal continue, et c’est heureux!, son travail d’enquête sur les affaires.

Canard 100 ans_0005