GILETS JAUNES

11 janvier 2019

 Ultra répression

https_%2F%2Fmedia-mbst-pub-ue1

 Dépassé par le mouvement des gilets jaunes le gouvernement annonce une « ultra répression » en réponse à l’acte 9 prévu pour le samedi 12 janvier 2019.

Hier soir, dans l’émission d’Arte «  28 minutes » l’historienne des mouvements sociaux Ludivine Bantigny, auteure de «  1968, de grands soirs en petits matins » a fait une analyse très juste du mouvement. Elle a souligné le caractère historique de ce soulèvement social et la reprise en main du politique par les Français. Elle a parlé des violences policières et a proposé des gestes forts du gouvernent pour faire baisser la pression: libérer les centaines de manifestants inquiétés par la justice ou emprisonnés.

Sur les plateaux de télévision les gilets jaunes ont disparu. Les journalistes parlent surtout des violences provoquées par des gilets jaunes et des agressions dont ils ont été l’objet. Les politiques et les experts invités justifient la répression mais les représentants de la police reconnaissent que la réponse au mouvement ne peut être que politique. 

Les gilets jaunes font preuve d’une grande créativité dans leurs actions. Ils annoncent pour demain un grand rassemblement dans la ville de Bourges, au centre de la France. On sait que la ville, qui vit essentiellement des usines d’armement, est une ville plutôt à l’abri des mouvements sociaux. Le maire a pris toutes sortes de précautions pour éviter la casse dans sa ville: protection du mobilier urbain, fermeture de magasins. En créant ce climat de peur dans la population il encourage les citadins à considérer les gilets jaunes comme des gens dangereux. Les entretiens menés sur les ronds-points, avec des retraités tranquilles qui s’organisent pour durer, ne montrent pas du tout cet aspect du mouvement.

L’acte 9 des gilets jaunes peut encore réserver des surprises. L’ultra répression annoncée par le gouvernement risque d’être, une fois encore, inutile pour freiner un mouvement profond qui laissera des traces dans la conscience des citoyens français.