José Escanez s'en est allé.

C'est le titre du journal, Radio Zinzine info, auquel je suis abonné.

 

Escanez 1

 

Cette nouvelle m'attriste beaucoup car j'appréciais le maire de Chateau Arnoux Saint Auban, ville située dans les Alpes de Haute Provence.

" C'était un élu atypique, grande gueule, à la fibre sociale, il n'avait jamais peur d'aller au contact" précise Alex de Radio Zinzine qui était devenu un ami de ce " personnage".

Je me souviens surtout de quelques épisodes vécus avec José Escanez qui m'ont particulièrement marqué.

D'abord, en 1993, la projection de mon documentaire sur Robert Jospin dans la belle salle de cinéma de Chateau Arnoux en présence du maire et de très nombreux spectateurs de la ville. A l'époque Lionel Jospin était ministre de l'éducation nationale et Jean-Louis Bianco était membre du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur. José Escanez était le seul élu à rendre ainsi hommage au pacifiste Robert Jospin, décédé en 1990. Il avait fait un discours d'introduction émouvant et j'avais eu le plaisir de découvrir cet homme exceptionnel.

Ecoutez Robert Jospin, pacifiste

1990, 78 minutes, film vidéo

http://bbernard.canalblog.com/archives/2013/01/02/26047229.html

En 2000 je réalisais un documentaire sur Mireille Jospin.

 

Jospin

 

Lionel était premier ministre mais le film n'avait pas pour sujet "la mère du premier ministre". Je tenais à faire connaître essentiellement la sage-femme courageuse qui avait prôné depuis longtemps la contraception, la libération de la femme et le droit à mourir dans la dignité.

Ecoutez Mireille Jospin, une femme en marche

2000, 70 minutes, film vidéo

http://bbernard.canalblog.com/archives/2013/01/02/26049754.html

 En 2001, José Escanez décidait d'inviter Mireille Jospin à venir présenter son film à Chateau-Arnoux. Mireille Jospin hésitait à faire le voyage de Paris à Marseille en avion mais j'arrivais à la convaincre en lui disant que José Escanez avait déjà programmé le film sur Robert Jospin dans le cinéma de sa ville.

Arrivés à Marignanne José Escanez nous attendait à l'aéroport. Tout de suite le courant est passé entre Mireille Jospin et José Escanez. Mireille Jospin lui conseillait de ne pas rouler trop vite en allant à Saint-Auban. José disait qu'il aimait la vitesse et racontait des anecdotes qui faisaient rire Mireille Jospin. Hébergée dans la famille Escanez, Mireille Jospin était séduite par ce maire extraordinaire et toute sa famille.

José Escanez m'accompagnait à Saint-Vincent-sur-Jabron, chez ma mère, et s'arrêtait un moment pour faire une petite causette.

La projection du film, le lendemain, devant une salle pleine, était suivie d'un débat intéressant. Mireille Jospin répondait sans hésitation à toutes les questions et prenait beaucoup de plaisir à plaisanter avec José Escanez. Pour lui faire plaisir, José Escanez lui proposait de faire une promenade à Arles le lendemain avant de l'accompagner à Marignane.

Nous sommes reçus dans la grande mairie d'Arles par Michel Vauzelles et une pléiade d'élus. José Escanez était heureux de présenter Mireille Jospin et de parler du film qui avait été projeté à Saint-Auban.

Après quelques échanges autour d'un buffet, une personne distribue des billets à chaque invité. Mireille Jospin s'étonne d'en recevoir un, regarde de quoi il s'agit et se scandalise à haute voix: il s'agit d'une invitation pour la prochaine corrida. Elle fait appeler Michel Vauzelles, lui dit tout le mal qu'elle pense des corridas, déchire son billet et le lui rend. Cela fait beaucoup rire José Escanez, mais pas Michel Vauzelles. José dit à Mireille pour la faire rire: " Une invitation à une corrida dans la tribune officielle: moi j'en rêvais ! Alors, à cause de vous je ne pourrai pas y aller !" 

En route vers l'aéroport José Escanez, d'origine andalouse, nous redira son goût pour la corrida mais le geste provocateur et courageux de Mireille Jospin lui avait beaucoup plu. Ce geste correspondait au caractère de Mireille Jospin mais aussi au sien: entier, franc, mais toujours chaleureux et fraternel.

José Escanez nous a salué avant de prendre l'avion du retour vers Paris avec beaucoup d'affection.

José Escanez m'a fait envoyer pendant plusieurs années le bulletin de la mairie de Chateau-Arnoux et je pouvais suivre son activité d'élu et les réalisations de cet homme infatigable. 

Quand son livre " Rebelle" est sorti j'ai souhaité revoir José Escanez à Chateau-Arnoux.

 

EscanezAu retour de Saint-Vincent je me suis arrêté avec ma femme, par hasard, à Saint-Auban. Il était environ 19h. J'ai donné un coup de téléphone d'une cabine pour savoir si José Escanez était chez lui. J'ai eu de la chance: il m'a répondu tout de suite, m'a reconnu et m'a donné rendez-vous au restaurant du cinéma. Il est arrivé quelques minutes plus tard et nous avons passé un très bon moment autour d'un dîner sympathique. Nous avons parlé politique et projets d'avenir.

Le départ d'un homme de cette qualité est toujours une perte douloureuse pour sa famille, ses amis et ses administrés. Il nous a enrichi avec son humanisme et sa joie de vivre. Merci José Escanez.