SYLVIE CASTER, DOMINIQUE DURAND

 

Caster 2

 Sylvie Caster ( photo B.Baissat)

PAGE 22 Jovené Durand

 Dominique Durand avec Gérard Jovené à la composition. ( photo B. Baissat)

 En 2017, pour se défendre des révélations du Canard sur les salaires de sa femme Pénélope, François Fillon ressort une vieille accusation contre le journal satirique: la misogynie.

Fillon scandalisé par le "mépris" et la "misogynie" des accusations à l'encontre de son épouse

 Est-ce que le Canard enchaîné est, comme le désignait aussi un article de Libération: le temple des machos?

Quand je tournais le film «  Aux quatre coin-coins du Canard », en 1986, la seule femme journaliste du Canard était Sylvie Caster. Discrète, timide, elle préférait recevoir l’équipe de tournage à son domicile.

Caster 1

Déjà auteure de plusieurs livres à succès ( Les chênes verts, Nel est mort) elle était entrée au Canard en 1983 et tenait la rubrique Calamity Caster. 

calamity

 

C’est la rédaction du Canard qui avait choisi ce titre à la suite d’une enquête de Sylvie Caster et de Cabu sur le camp de nudistes de Montalivet. Les lecteurs avaient réagi. La rédaction aussi. 

 

Montalivet 1

Montalivet 2

Montalivet 3

 

Sylvie Caster ne se sentait pas mal au Canard. Elle y est restée dix ans.

Kiki, secrétaire de direction de Roger Fressoz, disait dans un entretien radiophonique que les journalistes hommes n’étaient pas très indulgents avec les jeunes journalistes femmes. Elle rappelait la formule: «  On aime les femmes mais tout contre ». 

Kiki

Elle parlait aussi de la concurrence dans le métier de journaliste qui ne facilite pas l’entrée des femmes au Canard. Madame Fuzier, ancienne secrétaire de Tréno,  remarquait aussi pendant le tournage du film:      «  Rester des heures au comptoir d’un bistrot, ce n’est pas l’habitude des femmes !  Et puis il ne faut pas se montrer trop féminine au Canard et il n’est pas bien vu d’user de ses charmes! Parce qu’elles ont des charmes les femmes! »

Les rubriques qui parlaient de sujets féminins dans le Canard, comme Valentine de coincoin, ou Jeanne Lacanne, étaient encore tenues par des hommes en 1986. Les lecteurs du Canard le savaient et l’acceptaient.

Mais pour faire semblant de conserver l’anonymat pendant le tournage nous avions trouvé une technique: filmer Dominique Durand en ombre chinoise avec sa pipe.

Durand 1

 L’image qui devait suivre: Dominique Durand dans la lumière, toujours avec sa pipe, permettait de faire le lien avec l’auteur de la rubrique.

 

Durand 3

 

Dominique Durand nous disait qu’après avoir obtenu sa carte de presse en travaillant trois ans à  Intimité du foyer et avoir collaboré à Combat, il était entré au Canard en 1972. Il traitait de nombreux sujets en plus de sa rubrique «  Jeanne Lacanne ».

Jeanne 1

Jeanne 2

Jeanne 3

Je n’ai jamais entendu, pendant le tournage au Canard, de blagues grivoises sur les femmes ou de plaisanteries malsaines sur leurs histoires. 

D’ailleurs, d’après Yvan Audouard, quand Jeanne Maréchal a pris la direction du journal, en 1947, après la mort de Maurice Maréchal, elle était très sensible à toute dérive des journalistes et des dessinateurs sur les sujets féminins. 

 

Capture d’écran 2016-04-24 à 07

 Certains jugeaient même Jeanne Maréchal un peu prude. 

Le Canard n’a jamais ressemblé à Charlie Hebdo dans ce domaine. Cabu l’avait bien remarqué et en tenait compte.

En 2017, de nombreuses femmes travaillent au Canard:

Madeleine Thibeau, déjà présente en 1986, est aujourd’hui responsable de la révision à la composition. 

Madeleine 2

Claudine Alizon et Emmanuelle Jacquet sont secrétaires de rédaction. 

Les journalistes Isabelle Barré, Odile Benyahia-Koulder, Anne-Sophie Mercier, Dominique Simonnot font des enquêtes et tiennent des rubriques. 

Lara et Véra Makina dessinent.

Les femmes travaillent réellement au Canard et se font respecter.

 Revoir:

 

Aux quatre coin-coins du Canard Enchaîné

 

1987, 172 minutes, film 16 mm

 

http://bbernard.canalblog.com/archives/2013/01/05/26076045.html