affiche wozniak D jpeg

 

Merci à Wozniak pour cette belle afiche 

 

ANNONCE 100 ans Canard JPEG 1

 

Affiche Canard 1

Et de nouveau merci à Cabu pour cette affiche de 1986.

ANNONCE 100 ans Canard JPEG 2

 

Voici un bel anniversaire qui me rappelle des souvenirs.

 

J’ai consacré deux années à la réalisation du film «  Aux quatre coin-coins du Canard » ( 2 heures 52 minutes). Je l’ai tourné, en 1976, à l’occasion des 70 ans du Canard Enchaîné. J’ai passé encore une année à la diffusion cinématographique du documentaire et à l’organisation de rencontres dans le cinéma Utopia, à Paris.

 

A l’occasion des 100 ans du Canard Enchaîné, le film est programmé, le 5 octobre 2016, au Centre Georges Pompidou. La séance sera suivie d’une rencontre avec des journalistes et des dessinateurs de la rédaction actuelle du journal.

 

Marie-Christine de Navacelle qui était responsable du secteur audio-visuel de la BPI du Centre Georges Pompidou, avait obtenu, en 1976, une co-production de la BPI pour ce film. Elle a de nouveau oeuvré, en 2016, pour proposer cette programmation. Arlette Alliguié, responsable du secteur cinéma à la BPI a organisé la séance du 5 octobre 2016.

 

Pour préparer la rencontre avec la rédaction du Canard et retrouver des traces de la fabrication du film j’ai décidé d’écrire une petite histoire de la réalisation. Mes souvenirs ne sont que fragmentaires mais ils pourront peut-être ressurgir avec les images et les documents que je retrouve dans mes archives.

 

C’est un travail que j’aurais dû faire, il y a trente ans, en prenant des notes. C’est d’ailleurs Cabu qui m’avait incité à écrire pendant le tournage du film. Le mardi matin, quand je passais à l’imprimerie j’allais souvent parler avec lui car il était toujours disponible dans l’attente des dessins à faire à la dernière minute. Il était même capable de suivre une conversation tout en travaillant. Ceci me fascinait beaucoup car j’en suis complètement incapable. Il me demandait alors où en était le tournage. Je lui racontais quelques anecdotes que je ne pourrai pas mettre dans le film. Il me disait: «  Mais il faut les écrire! ». Il avait raison! Mais je n’avais pas le courage de le faire car l’écriture n’est pas ma spécialité. Alors, aujourd’hui, il faut que je fasse cet effort. Peut-être en hommage à ce grand dessinateur!

 

Mon récit, sous forme de journal, sera épisodique et probablement plein de trous de mémoire et d’imprécisions mais il permettra peut-être de garder une trace de cette tranche de vie professionnelle qui m’a beaucoup marqué.