La gloire de la France éclate dans les médias français: les marchands d'armes ont pu vendre des sous-marins militaires à l'Australie.

Au lieu de s'occuper d'améliorer la vie des humains, nos scientifiques sont mobilisés pour perfectionner des engins de mort.

Comme disait un humoriste ce matin à la radio: " Ne craignez pas l'avenir, vous n'en n'aurez plus!"

Dans 20 minutes:

Sous-marins DCNS: Comment la France a décroché un «mégacontrat» avec l'Australie

A lire plutôt l'excellent dossier du Monde Diplomatique d'avril 2016:

Diplomatie des armes

JPEG - 125.5 ko
André Robillard. – « Fusil allemand rapide S.W.S.20 », 2009
ADAGP - LaM

Au moment où le Parlement européen votait une résolution réclamant un embargo sur les ventes d’armes à l’Arabie saoudite, M. François Hollande remettait la Légion d’honneur à l’un de ses dirigeants. Une manière de célébrer le royaume, devenu l’un des plus gros acheteurs de matériel militaire de la France. Même si l’Asie occupe désormais une place de choix, le Proche-Orient reste le terrain de jeu préféré des marchands de canons, Etats-Unis en tête. De retour sur la scène diplomatique, la Russie a fait la démonstration, sur le front syrien, de sa capacité à utiliser des équipements sophistiqués (lire « La Russie de la kalachnikov aux tueurs de satellites »). Désormais, les conflits passent aussi par Internet, et l’on parle de plus en plus de « cyberattaques », sans toujours en définir les contours  Penser la cyberpaix »). Aujourd’hui comme hier, la course aux armements — numériques ou matériels — se fait presque sans aucun contrôle démocratique  La grande chasse aux milliards »).

Dans ce dossier

  • La grande chasse aux milliards

    Philippe Leymarie Aperçu
    Au début des années 1990, la fin de la guerre froide devait vider les arsenaux et mettre fin à la plupart des conflits. Loin de régresser, les dépenses militaires dans le monde ont augmenté d’un tiers en dix (...)
  • Deux pas en avant, un pas en arrière

    Depuis la fin de la première guerre mondiale, des accords ont été signés pour limiter l’emploi de certaines armes… avant que d’autres n’apparaissent. 17 juin 1925. Protocole de Genève prohibant l’emploi de gaz (...)
  • Cet avion qui émerveille « Le Figaro »

    Serge Halimi Aperçu
    Il y a (au moins) trois sujets qu’un journaliste du Figaro doit aborder avec prudence, ou déférence, ou révérence : Moët Hennessy Louis Vuitton (LVMH), le groupe de M. Bernard Arnault, puisque le secteur du luxe (...)
  • Attiser les haines

    Dans un 2014 imaginaire marqué par d’innombrables guerres raciales et un apartheid mondial, une bande hétéroclite, composée notamment du sociologue Conroy et de l’animateur-vedette Flamen, écoute le récit (...)
  • La Russie de la kalachnikov aux tueurs de satellites

    Olivier Zajec Aperçu
    Tiraillée entre sa volonté de moderniser son appareil militaro-industriel et la réalité de son économie en panne, la Russie cherche à retrouver son rang stratégique. Malgré des retards technologiques, elle (...)
  • Silicon Army

    Thibault Henneton Aperçu
    Faut-il considérer les matériels et logiciels estampillés Google, Apple, Amazon… comme des armes ? Les géants américains de la « nouvelle économie » sont intimement liés au ministère de la (...)
  • Penser la cyberpaix

    Camille François Aperçu
    Si la guerre a son droit et ses règles, la cyberguerre n’a pas de contours définis. Se pose alors la question : comment réguler un affrontement dont on peine à identifier les protagonistes, et qui se déroule (...)
  • Des outils de malheur

    Ce poème est le trente et unième des quatre-vingts du « Tao-tê-king », attribué à Lao-tzeu (Lao Zi), fondateur du taoïsme, qui l’aurait écrit entre 600 et 300 avant J.-C. Les armes sont des outils de malheur / Nul ne (...)