Vues, hier soir à la télé, des scènes impressionnantes de violence de la part des destructeurs du bidonville de Calais: déchirures de tentes, incendies volontaires, bulldozers à l'oeuvre... le tout encadré par un imposant dispositif policier.

 

Cette violence contre des migrants désespérés est un scandale dans un pays riche qui ne se donne pas les moyens de traiter des humains de manière digne. 

 

La violence entraîne la violence. Perdus pour perdus, les réfugiés des guerres et de la misère se révoltent.

 

Sur le site d' Europe 1

Nuit de violence sur la rocade de Calais

 06h54, le 01 mars 2016
Nuit de violence sur la rocade de Calais
Des heurts avaient déjà éclaté lundi après-midi pendant le démantèlement. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
0 partage

Une centaine de migrants a envahi lundi soir la rocade portuaire. Les CRS ont fermé une voie de circulation toute la nuit pour contenir d'éventuels assauts.

Soirée sous haute tension aux abord de Calais. Vers 19 heures, lundi, une centaine de migrants a envahi la rocade portuaire à proximité de la jungle. Ils se sont approchés au plus près des camions qui circulent à pleine vitesse sur cet axe. Des pierres et des branchages ont été lancés sur des voitures dans l'obscurité. Déjà, dans l'après-midi, le début du démantèlement s'était mal passé. Des heurts avaient opposés forces de l'ordre et migrants, sur fond de colère des associations

Voitures caillassées. Les scènes étaient impressionnantes : la route jonchée de détritus, des voitures arrêtées sur le bas-côté, pare-brisé brisé, roues crevées. Une jeune femme, postée sur un pont au-dessus de l'autoroute a tout vu de ces actes de violence. "Ils caillassent les voitures, c'est une scène de guérilla", raconte-t-elle au micro d'Europe 1, avant de se sauver parce que des migrants montent également sur le pont, armes blanches à la main. Quelques instants plus tard, elle revient sur ce qui vient de se produire mais n'en croit pas ses yeux : "Ils sont arrivés avec un couteau pour nous pointer. Tout le monde se fait agresser ce soir, même les CRS", décrit la jeune femme avant de plaindre les routiers et les familles dans les voitures qui ont été touchés par les incidents.

Une voie bloquée. Les CRS ont finalement repris avec difficulté le contrôle de la rocade portuaire, bloquant toute la nuit une voie de circulation du côté de la jungle pour faire face à d'éventuels assauts de migrants.