C'était aujourd'hui, 29 décembre 2015, à Orly, l'enterrement d'un homme exceptionnel, ancien maire de la ville: Gaston Viens.

 

Capture d’écran 2015-12-29 à 16

 

 

Mort de l’ancien résistant et maire d’Orly Gaston Viens

Le Monde.fr avec AFP | 23.12.2015 à 00h07 • Mis à jour le 23.12.2015 à 08h14

L’ancien résistant Gaston Viens est mort lundi soir, a annoncé mardi 22 décembre la municipalité d’Orly dans le Val-de-Marne, dont il fut le représentant de 1965 à 2009. Il était âgé de 91 ans.

Il adhère en 1941 aux Jeunesses communistes, détaille son épouse, citée par Le Parisien. Alors âgé de 17 ans, il rejoint la lutte contre l’occupation nazie. En 1943, il est arrêté en France puis déporté un an plus tard dans le camp de concentration de Buchenwald, en Allemagne.

En 1989, après avoir exprimé des désaccords avec la direction du Parti communiste français (PCF), dont il avait occupé des fonctions au sein du comité central, il est exclu de la formation.

Gaston Viens a également été le premier président du conseil général du Val-de-Marne, de 1967 à 1970. Elevé au rang de commandeur de la Légion d’honneur, il était également décoré de l’ordre national du Mérite.

« Homme de caractère »

Le président François Hollande a salué dans un communiqué la mémoire de ce « résistant et figure de notre vie politique », qui après la guerre « a continué de se battre pour son idéal ». Maire d’Orly « pendant plus de quarante ans », M. Viens a « profondément transformé sa ville et ses quartiers », a poursuivi le chef de l’Etat faisant l’éloge d’un « homme généreux et humaniste » qui a servi ses administrés « toute sa vie avec passion et dévouement ».

« Gaston Viens a fait partie des déportés qui ont juré le 19 avril 1945, sur la place du camp qu’ils avaient libéré, de lutter sans relâche pour “la construction d’un monde nouveau de paix et de liberté”. »

 

La maire Christine Janodet (DVG), qui avait pris sa succession après sa démission en 2009, a fait part de sa « tristesse » et a adressé ses « premières pensées à la famille ». « Un hommage très important lui sera rendu début janvier ou un peu après, à la hauteur de la personnalité qu’il a été pour la ville », a-t-elle précisé à l’Agence France-Presse.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a aussi salué la mémoire de cette « figure de la Résistance, figure communiste, figure de son département et de sa région », qui « avait à cœur de se battre pour la justice sociale.

« Toujours à l’écoute de la population. Il fut de tous les combats pour fairerespecter les plus humbles. Homme de caractère, et franc, il était simplement Gaston pour tout le monde. »

 

IMG_3826

 

 

IMG_3830

 

DICTIONNAIRE LE MAITRON:

Né le 24 octobre 1924 à Cheval-Blanc (Vaucluse) mort le 21 décembre 2015 à Créteil (Val-de-Marne) ; ouvrier agricole, chauffeur de camions puis permanent ; résistant déporté ; membre du comité central du PCF (1950-1964) ; secrétaire général de l’Union des jeunesses agricoles de France ; secrétaire du comité central (1956-1959) ; maire d’Orly (1965-2009) ; premier président du conseil général du Val-de-Marne (1967-1970) ; exclu du PCF en 1989, militant de Alternative, démocratie et socialisme (ADS), puis de la Convention pour une alternative progressiste (CAP).
Passionné d’histoire, Gaston Viens était depuis vingt-cinq ans un lecteur et défenseur du Maitron. Nous avions fait un gros travail sur les militants et sur l’histoire d’Orly en 1993-1994 (Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule, Itinéraires orlysiens. les militants de l’entre-deux-guerres, préface de Gaston Viens, Les Éditions de l’Atelier, 1994). Souvent présent dans nos initiatives, il était encore avec nous, en compagnie de Yann Viens, le 6 novembre 2015 à Créteil, lors de la présentation aux Archives départementales de Créteil, du dictionnaire Les Fusillés 1940-1944.
Ses obsèques auront lieu le mardi 29 décembre à 11 h., à Orly, Cimetière paysager, 104 avenue de la Victoire.
Un hommage officiel est prévu à Orly, samedi 30 janvier 2016, horaire et lieu à préciser.

Claude Pennetier