Il faut écouter le matin le journal de l'Outre-mer sur France Inter. On y apprend des choses intéressantes concernant nos " confetti de l'empire colonial" et les visites de nos ministres dans ces territoires lointains:

Les Métropolitains n'attachent pas beaucoup d'importance aux élections de la Polynésie Française et au retour de la droite dans ce territoire. La droite qui a permis les essais nucléaires et une économie "mafieuse" comme le dit le principal opposant indépendantiste Oscar Temaru.

Fin novembre 2013, le ministre socialiste des Outre-mer, Victorin Lurel, fait un voyage officiel à Tahiti et déclare:

  “l’État est de retour”

"C’est le mandat que m’a confié le Président de la République, c’est la feuille de route que

m’a fixée le Premier Ministre, c’est la conviction qui m’anime comme ministre.

 Que l’on ne se méprenne pas, il ne s’agit pas d’un Etat qui serait néocolonial,

passéiste, figé dans des schémas dépassés, qui chercherait à imposer ses vues à une collectivité aussi

autonome que la Polynésie française...

Le gouvernement a pris acte de la résolution du 17 mai 2013 de l'Assemblée générale des

Nations unies sur la réinscription de la Polynésie française sur la liste des territoires non

autonomes de l'ONU.

Les Polynésiens se sont exprimés clairement lors des élections territoriales du 5 mai 2013

Aussi, la France refuse-t-elle de s’inscrire dans un processus international de décolonisation,

marquant à cet égard le respect qu’elle porte au choix qui a été démocratiquement exprimé

par les Polynésiens.

Comme le Président de la République l’a rappelé, avant et après son élection,

l’indépendance de la Polynésie française n’est pas la solution aux problèmes que rencontre

ce territoire.

On comprend que le mot "indépendance"  soit toujours un mot tabou chez les socialistes.

Ce sont eux qui ont été les champions de la colonisation, au nom des Lumières et des principes de la Révolution Française. Amener la civilisation aux peuplades sauvages qui sont incapables de se gouverner: telle est la mission généreuse de la France.

Alors, après le Mali, il faut ramener la "paix" en Centre Afrique avec nos soldats. 

Mais ce ne sont pas des soldats qui sont envoyés en Polynésie où la situation économique est difficile depuis que la France a arrêté ses essais nucléaires. La France envoie un ministre socialiste qui va soutenir un président de droite pour maintenir son influence sur ce territoire .

Et ce ministre " socialiste" se permet même de se moquer du leader indépendantiste:

  “certains soutiens sont pesants.

dit-il, en faisant référence à Oscar Temaru qui a appelé à voter François Hollande pour les élections présidentielles. Il faut dire que le ministre était peut-être vexé que ce compagnon de route appelle à manifester devant la stèle d'un autre leader de l'indépendance, Pouvanaa a Oopa, pendant sa visite et qu'il décide de boycotter son intervention à l'Assemblée de Polynésie française.

Le dernier mot reviendra au président actuel:

Gaston Flosse hier soir sur Polynésie 1ère

 Concernant la fonction du ministre des Outre-mer, Gaston Flosse a répondu avec humour. “C’est un bon ministre. Son seul défaut, c’est d’être socialiste".

Mais Gaston Flosse devrait plutôt se réjouir des socialistes au pouvoir. Ce sont eux qui ont le mieux réussi, au cours de l'histoire, à coloniser des pays sur tous les continents et qui ont le moins bien réussi à décoloniser les pays qui le demandaient.

Alors ce n'est pas des socialistes qu'il faut attendre des gestes pour aider les décolonisations.

C'est plutôt avec les socialistes au pouvoir qu'il faut craindre le retour de l'esprit colonial.