Police partout....

27 août 2005

Je sais qu'internet est surveillée par la police et je suis heureux que mes premiers lecteurs soient des policiers ou des retraités de la police. Ce sont les seuls qui se soient crus obligés de réagir à quelques allusions au rôle des services secrets français dans l'affaire de Greenpeace en Nouvelle Zélande et à la bavure policière plus récente à Londres, après les attentats de l'été. Encore merci pour votre attention et pour la sincérité de votre commentaire.
Nous avons la chance de vivre dans un pays où la liberté d'expression existe encore même si elle commence à être sérieusement menacée. La psychose mondiale des attentats permet de faire accepter par les populations des mesures de plus en plus restrictives de la liberté de mouvement, de comportement, d'habillement...et d'expression. L'étau policier se resserre dans toutes les démocraties et même la nôtre. Parler d'une action policière ou d'une décision de justice devient aujourd'hui périlleux pour les grands médias. Les individus qui écrivent leur blog sont aussi surveillés.
Et pourtant est-il faux de dire que le jeune Brésilien abattu par un policier londonien n'était pas un terroriste? Les autorités ont reconnu qu'il ne courait pas, qu'il ne portait pas un blouson suspect, qu'il n'avait fait aucun geste dangereux.
Pourquoi éprouve-t-on un sentiment d'insécurité dès que l'on se voit entouré d'hommes armés qui sont soit disant présents pour nous protéger? J'ai éprouvé cette sensation, il y a quelques années à New York, quand je devais rentrer dans un cinéma dont l'entrée était filtrée par un vigile sérieusement menaçant.
Pourquoi se sent-on en sécurité quand on ne voit pas d'homme en arme? J'ai éprouvé cette sensation l'année dernière en Nouvelle Zélande où j'ai dû croiser seulement un ou deux policiers dans leur voiture en trois semaines de voyage. Quel choc en arrivant à l'aéroport de Paris, truffé de policiers et de militaires comme dans un pays en guerre!
Ce sentiment d'insécurité éprouvé dans les grandes villes des pays riches ne vient-il pas justement d'une trop forte présence policière visible et invisible avec toutes les caméras de surveillance qui vous espionnent partout? On se sent traqué et presque coupable d'exister.
Si c'est la société que nous préparons pour nos enfants il y a vraiment du souci à se faire!