LA BOURSE DU TRAVAIL DE PARIS 1982 Depuis son ouverture, en I882, la Bourse du Travail de Paris est restée un centre névralgique du mouvement ouvrier. Hier foyer d’agitation du syndicalisme révolutionnaire, aujourd’hui lieu de rencontre des principales Centrales Syndicales, l’histoire s’est inscrite sur les murs de la Bourse. C’est donc à partir des salles qui portent des noms illustres: Eugène Varlin, Fernand Pelloutier, Jean Jaures, Léon Jouhaux, que des historiens ( Jean BRUHAT, Bernard GEORGES, Jacques JULLIARD, Jean MAITRON, Madeleine REBERIOUX, Denise TRINTANT ) et le Secrétaire Général de la Bourse , Jean BRAIRE, ont cherché à faire revivre un siècle d’histoire sociale. Les Secrétaires Généraux des cinq Centrales Syndicales ( André BERGERON, Jean BORNARD, Edmond MAIRE, Jacques POMMATEAU, Georges SEGUY ) évoquent l’origine des Bourses du Travail mais parlent aussi du présent et de l’avenir. JEAN MAITRON Historien, docteur es-lettres, Maître assistant honoraire à la Sorbonne, Directeur du DICTIONNAIRE BIOGRAPHIQUE DU MOUVEMENT OUVRIER FRANçAIS ET INTERNATIONAL, Fondateur de la revue LE MOUVEMENT SOCIAL et du CENTRE D’HISTOIRE DU SYNDICALISME de la Sorbonne. Auteur de nombreux ouvrages d’histoire. FICHE TECHNIQUE Support: 16mm couleur Durée: 1 heure 24 minutes Production: Productions Bernard Baissat Image: Brahim Barkati, Michel Cenet, Abder Elaidi, Gérard Parodi Son:Gérard Alary, Manuel Madeira Montage: François Mrozielski, Marie-Claude Rajon-Coleman Mixage: Gérard Lamps Réalisation: Bernard Baissat Documentation: Jean Braire, Jean Maitron, La vie ouvrière, La bibliothèque historique de la ville de Paris. DIFFUSION Sélectionné: Festival international du film historique de Rueil Malmaison ( 1983 ) Diffusé par: Fédération de l’Education Nationale Intermédia, Ministère des Relations Extérieures Consultation: Vidéothèque de la ville de Paris Télévision: RAI ( télévision italienne ) , 1982 Vidéo cassette ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- MAY PICQUERAY 1983 “Eh bien j’y crois à l’anarchie! Et je crois que ça se réalisera un jour “. Voilà ce qu’affirme, à 85 ans, “May la rebelle “, militante syndicaliste, anti-militariste, anarchiste, toujours prête à dénoncer les oppressions et à défendre les victimes. Née en Bretagne, elle gagne sa vie à 10 ans en livrant du beurre. A Paris, à 20 ans, elle connait l’Union Anarchiste. Sébastien Faure devient son père spirituel. Elle se sert d’une grenade pour déclencher l’affaire Sacco-Vanzetti. Déléguée syndicale à Moscou en 1922, elle entonne “L’Hymne à l’anarchie “ devant Trotsky. Les enfants pendant la guerre d’Espagne, les Juifs pendant la guerre de 40, les objecteurs de conscience avec Louis Lecoin pendant la guerre d’Algérie, puis, avec son journal LE REFRACTAIRE, le Larzac, Plogoff, Creys-Malville, autant de terrains de lutte pour MAY PICQUERAY. Jusqu’au bout elle reste fidèle à son engagement pour la défense de la paix et des libertés individuelles. FICHE TECHNIQUE Support: : 16mm couleur Durée: 1 heure 10 minutes Production : Productions Bernard Baissat Image: Omar Elaidi, Luc Martin, Gilles Moison, Gorgian Troeller Son: Manuel Madeira Montage: Marie-Claude Rajon- Coleman Réalisation: Bernard Baissat Musique: Chansons interprétées par Sonia Malkine Avec la participation de : Léo Campion,, P.M. Cardona, J.J. Combaut, Nicolas Faucier, Sylvain Garrel, Daniel Guerin, Denys Langlois, Franck Neveu, Rita Tabai. Dessins: Cabu, Cardon, Escaro, Guiraud, Kerleroux, Kong, Lap, Leffel, Moisan, Vasquez de Sola, Pino Zac. PRIX Prix qualité du Centre National de la Cinématographie. DIFFUSION Sélectionné par: Rencontre Audiovisuel du Mouvement Ouvrier ( Nantes, 1984 ), Cinéma du Réel Centre Georges Pompidou ( Paris, 1984), Bandes de Femmes Centre Simone de Beauvoir ( Paris, 1984), La fête du travail ( Charleroi, Belgique, 1984) , Rencontre Internationale Anarchiste ( Venise,1984), Fête anti-beauf ( Thionville, 1984) Cinéma: Sortie en salle au cinéma Saint-André des Arts, Paris, mai 1984 Projections dans de nombreuses villes de France. Télévision: Télévision Suisse Romande, 2 septembre 1984 Planète Cable, France, 22 septembre 1990 Consultation: Centre Georges Pompidou et bibliothèques de France Vidéothèque de Paris Vidéo-cassette ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- MARCEL BODY 1984 Marcel Body est né à Limoges en 1894, dans une famille de céramistes. Il choisit le métier de typographe. En 1916, il fait partie de la Mission militaire française en Russie. D’abord spectateur de la révolution, puis entrainé par les évènements, il se rallie aux bolchevicks et milite dans leurs rangs. C’est là qu’il côtoie Lénine, Trotski, Zinoviev, Staline... Devenu citoyen soviétique, il occupe un poste diplomatique en Norvège aux côtés d’Alexandra Kollontai. Hostile à l’évolution du régime, il réussit à regagner la France en 1927 et se consacre à des travaux de traduction des oeuvres de Boukharine, Trotski, et surtout Bakounine. Il a 90 ans quand il évoque les principales étapes de sa vie avec Alexandre Skirda. Alexandre SKIRDA Ecrivain, auteur de MACKNO, aide Marcel Body pour l’écriture de UN PIANO EN BOULEAU DE CARELIE et André Bosiger pour SOUVENIRS D’UN REBELLE FICHE TECHNIQUE Support: : Vidéo Durée: 57 minutes Production: Productions Bernard Baissat Réalisation: Bernard Baissat Archives: Alexandre Skirda DIFFUSION Vidéo-cassette ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- AUX QUATRE COIN COINS DU CANARD ENCHAINE 1987 RESUME Comment depuis plus de 70 ans, dans un siècle en plein bouleversement, le CANARD a-t-il pu maintenir et même raffermir sa place dans la presse, sans rien perdre de son esprit et de son mordant? L’HISTOIRE (53 min.) du journal commence pendant la guerre de 14-18, quand Maurice Maréchal décide de lutter contre le bourrage de crâne de la “grande” presse en donnant naissance à un CANARD rebelle. Ce volatile saura faire entendre sa voix à l’occasion de tous les grands évènements de l’histoire pour protéger la société des hommes contre la loi des puissants. Les PORTRAITS (45 min.) de quelques journalistes et dessinateurs du journal révèlent des personnalités riches et diverses qui toutes partagent une même déontologie Canard. Les TRADITIONS (34min.) sont profondément enracinées et fidèlement repectées. On les retrouve dans la forme du journal mais aussi dans l’esprit d’irrespect, d’insolence et de liberté face à toutes les représentations du pouvoir. Les AFFAIRES (40 min.) : Si le CANARD a pu lancer le journalisme d’investigation en France, c’est parce qu’il a su rester “libre, indépendant et propre”, comme le voulait son fondateur, gardant ainsi la confiance de ses lecteurs. Ont accepté de participer au tournage: -Les journalistes et dessinateurs du Canard Enchaîné, en 1985 et 1986. - et aussi Charles Bernard, le général Bigeard, Eugène Bizeau, l’empereur Bokassa, Robert Boulay, Bernard Clavel, Léo Campion, Roland Dumas, Gérard Duburcq, Jean Egen, François Enderlin, Madame Fuzier, André Guérin, Yves Grosrichard, Grum, Jean François Kahn, Gaston Karcher, Jacques Julliard, Jean Paul Lacroix, Jean Leffel, Jean Jacques Loup, Pierre Mauroy, Jean Miot, Jean Picollec, Michel Polac,Marcel Reynaud, Siné, Philippe Tesson, Claude-Marie Vadrot, Vasques de Sola. FICHE TECHNIQUE Support:: 16mm, couleur Durée: 2 heures 52 minutes Co-production: Productions Bernard Baissat, BPI Centre Georges Pompidou Image: Jean Pol Lefebvre, Robert Millié, Richard Kruziemsky Son: Claude Gilaizeau, Dominique Bidaubayle Montage: Marie Claude Rajon-Coleman Musique: Haydn, au piano Muriel Blaisse Réalisation: Bernard Baissat PRIX Prix qualité Centre National de la Cinématographie DIFFUSION Avant-premières: TLP Dejazet, Paris, 14 octobre 1987 Centre Georges Pompidou, Paris, 19 janvier 1988 Cinéma: Sortie au cinéma UTOPIA, Paris, le 27 janvier 1988 9 mois en exclusivité avec de nombreuses rencontres . Nombreuses projections en France et à l’étranger. Télévision: Radio Télévision Belge, Télé 21, 5 et 12 mai 1989 et 24 et 26 nov. 1991 Télévision Suisse Romande, les 19 et 26 nov. 1989 Planète Cable, France, du 28 mai au 10 juin 1990 FR3, France, les 15 et 22 juin 1990 et les 17 et 18 sept. 1990 Consultation: Bibliothèque du Centre Georges Pompidou et autres Bibliothèques en France. Vidéothèque de Paris Vidéo Cassette Sélectionné: 6° Festival de la Bande Dessinée ( Evry, 1988 ), 4° Festival de l’Aventure de l’Information ( La Ciotat, 1988 ), Trop Fait ( Laon 1988 ), 6° Festival de l’humour ( Lillebonne 1989 ) ,Biennale Internationale de l’Image ( Nancy 1989 ), Festival de l’Humour ( Saint Just le Martel, 1989), Images de la caricature ( Epinal, 1989 ). ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- MOUNA 1989 RESUME Tout le Monde connait AGUIGUI MOUNA, le bouffon qui harangue la foule sur l’esplanade de Beaubourg, à Paris, et parcourt les manifs avec son vélo. Mais beaucoup ne connaissent pas l’itinéraire d’ANDRE DUPONT, savoyard élevé à la dure, contraint à la violence dans la marine pour s’imposer et à la démerde dans la vie civile pour survivre. ANTIBES 1952, la mutation: AGUIGUI MOUNA est né. Le rire, la solidarité, la non-violence, l’humanisme, Mouna a trouvé les raisons de son existence. Il va essayer de les faire partager à tous les robots de la société “ caca-pipi-capitaliste”. Un personnage de bande dessinée qui, à travers ses aventures, révèle les absurdités de son siècle. FICHE TECHNIQUE Support: Vidéo Durée: 1 heure 26 minutes Production: Productions Bernard Baissat Montage: Marie-Claude Rajon-Coleman Musique: Clovis, Jonas, Reboul, Mouna Réalisation: Bernard Baissat DIFFUSION Cinéma: Avant-première, Centre Georges Pompidou, Paris, 30 oct. 1989 Sortie au cinéma Saint André des Arts, Paris, 25 oct. 1989. Projections dans plusieurs villes de France. Consultation: Centre Georges Pompidou, Paris et bibliothèques de France. Vidéothèque de Paris. Télévision: Planète, octobre 2001 Planète Pologne, novembre 2001 Vidéo- cassette. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ROBERT JOSPIN 1990 RESUME Robert Jospin cite Sophocle: “ Si je suis venu à la lumière de la vie, à la lumière du jour, ce n’est pas pour partager la haine mais pour partager l’amour”. Le parcours de Robert Jospin est l’illustration de ce message de paix, d’humanisme, de fraternité. Né en 1899 à Saint Quentin, dans une famille modeste et protestante, marqué dès son jeune âge par les horreurs de la première guerre, touché par la foi et aidé par le protestantisme pour sres études, Robert Jospin devient rapidement le militant socialiste, pacifiste et libertaire qu’il est encore à 90 ans. Orateur apprécié, enseignant engagé, chroniqueur passionné, Robert Jospin garde toujours, avec sa femme Mireille, l’esprit de famille. ses enfants, Mowgli, Hélène, Agnès, Lionel, Olivier et Noelle l’entourent dans le film. FICHE TECHNIQUE Support: Vidéo Durée: I heure 18 minutes Production: Productions Bernard Baissat Musique: Mowgli Jospin, Florence Baissat Réalisation: Bernard Baissat DIFFUSION Sélectionné: Cinéma du Réel ( Paris, 1990 ),Etats généraux du Documentaire ( Lussas, 1990 ). Cinéma: Avant première au cinéma l’Entrepôt, Paris, 19 mai 1990. Télévision: Paris Première, avril 1990. Vidéo-cassette. ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- RENE DUMONT 1992 RESUME Agronome, tiers-mondiste, écologiste, pacifiste, 88 ans, René DUMONT, ce diable d’homme, retrace sa vie. Il raconte son enfance ardennaise marquée par la guerre de 1914, ses études et son enseignement à l’Institut National Agronomique de Paris, sa découverte des colonies et de leur cortège de violences, son pacifisme intégral, ses engagements pour le tiers-monde, sa défense des paysans et des peuples du Sud. Commencé en 1991, au moment des manifestations contre la guerre du Golfe, le tournage s’est terminé en 1992, pendant la préparation du Sommet de la Terre à Rio. Les combats du passé éclairent ceux du présent et ceux de l’avenir. Ont accepté de participer au tournage: Hubert BARAT, Irène et Hassan BENANI, Gilles BOILEAU, Jacques BUGNICOURT, Mario CARDINAL, Jean CARLIER, Bernard CLAVEL, Yves COCHET, Jean-Pierre COT, Marc DUFUMIER, Hamadi ESSID, Jacqueline et Eric FRENETTE, Malsa GARCIN, Jean LACOUTURE, Brice LALONDE, Jean MALAURIE, Guy MARCHAND, Marcel MAZOYER, Louis O’NEIL, Charlotte PAQUET, Edgar PISANI. FICHE TECHNIQUE Support: Vidéo Durée: 2 heures 5 minutes Production: La Lanterne, Productions Bernard Baissat, FR3. Image: Jean Michel Humeau, Jean-Pol Lefebvre, Robert Millié Son: Boghos Minassian Montage: Marie-Claude Rajon-Coleman Réalisation: Bernard Baissat. DIFFUSION Cinéma: Avant-première à l’Institut du Monde arabe, Paris, 10 mars 1992. Avant-première à l’Institut Agronomique de Paris, le 2 juin 1992 Sortie au cinéma l’Entrepôt, Paris, le 12 juin 1992. Télévision: FR3 les 4 et 11 juin 1992 Radio Télévision Belge, Télé 21, le 9 novembre 1992. Planète Cable, 18 au 25 septembre 2002 Consultation: Centre Georges Pompidou et bibliothèques de France. Vidéo-cassette ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ANDRÉ BÖSIGER 1993 RESUME Dans une Suisse qu’on se plaît à voir paisible, l’existence d’ANDRÉ BÖSiGER fait figure d’exception. Après une enfance et une adolescence jurassiennes, toutes faites de résistance à un milieu hostile et étouffant, l’itinéraire de cet homme libre croisera les luttes des travailleurs, la Ligue d’Action du Bâtiment - dont il sera l’un des principaux acteurs -, puis les évènements du 9 novembre 1932 à Genève, qui l’amèneront à se révolter contre toutes les injustices et à découvrir peu à peu un idéal libertaire de solidarité. Réfractaire, il passera deux années en prison, s’engagera ensuite dans la Révolution espagnole, dans la Résistance française, avant de rejoindre la lutte des Algériens, celle des anti-franquistes de l’après-guerre, tout en assurant, au travers de mille difficultés, la vie matérielle des siens. ALEXANDRE SKIRDA Ecrivain, auteur de MACKNO, aide André BÖSIGER pour l’écriture de SOUVENIRS D’UN REBELLE et Marcel BODY pour UN PIANO EN BOULEAU DE CARELIE. FICHE TECHNIQUE Support: Vidéo Durée: 57 minutes Réalisation: Bernard Baissat Musique: Comedia Mundi Production: Association Bonnes Bobines DIFFUSION Vidéo-cassette -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------